Mobiliser
Accueil | Informer sur la vape | Le vrai du faux de la vape | Que disent les consommateurs | Premier contact avec la cigarette

Premier contact avec la cigarette

Premier-contact-un-après-midi-chez-un-pote

Chaque fumeur a un rapport à la cigarette très personnel. Chaque histoire est unique, chaque tentative d’arrêt de la cigarette aussi ! Et quand on cherche à arrêter de fumer, il est souvent rassurant d’avoir les retours d’expérience de ceux qui y sont parvenus. C’est pourquoi Je Suis Vapoteur vous propose une sélection de témoignages d’anciens fumeurs qui sont parvenus à arrêter de fumer grâce à la vape.
Et voici l’histoire de Fred ; son premier contact avec la cigarette.

Quel a été ton premier contact avec la cigarette ?

Mon premier contact avec une cigarette fut une après-midi chez un ami.
-Tu viens on va faire un tour?

Arrivés au bout de la rue, le voilà qui sort un paquet de cigarettes.

– Tiens-tu fumes ?
– Bah ouais, tu veux essayer ?
– Pourquoi pas.

À peine la cigarette en main, il commence à m’expliquer comment prendre ma première taffe, je m’exécute.

– C’est bien dégueulasse ton truc.

Bref, premier essai non concluant. Arrive ensuite la rentrée scolaire, nouvelle classe, nouvelles têtes…

– Tu viens avec nous à la récré, on sort dehors?
– Vas-y.

Je n’avais pas compris que c’était pour sortir fumer en dehors de l’enceinte du collège, je ne vous fais pas dessin que par la suite; que moi aussi, j’allais faire pareil.

J’avais 14 ans, une certaine fierté, j’avais commencé au même âge que papa.

Et ton premier contact avec la cigarette électronique ?

Chez un client, un prestataire avait un kit EGO, vous savez le kit avec deux batteries, deux CE5, le petit cordon et la fameuse trousse pour les emporter partout. Il me fait l’article du produit tel un vendeur à la foire de paris.

Et c’est là que je me suis dit qu’il faudrait quand même tester. Je commence alors à me renseigner à droite et gauche, regarde les prix, et, là je tique. 80€ ?! Mais c’est plus cher que les clopes son truc.
Je laisse tomber. Et voilà, qu’un jour en passant prendre ma conso de la semaine, se trouve un stick qui reprend la forme d’une cigarette, je regarde, j’hésite et finis par en prendre un.

Aussitôt sorti, aussitôt déballé je me mets à vapoter. Tiens ce n’est pas mauvais, le gout est très loin de la cigarette mais il est agréable, un peu sucré, un petit gout de noisette. Et je me repenche sur le sujet.
Je me colle sur le net, enfin sur Youtube ; je trouve plein de personnes qui en parlent, des tests, des vidéos pour refaire ses résistances. Je me rappelle d’un gars en chemise à carreaux qui décortiquait tous les matériels et d’autres qui testaient les liquides.

C’est à ce moment-là qu’ils venaient de me refiler le virus… c’était en 2015 avec un passif de près de 10 ans de clopes.

Quelles ont été les difficultés que tu as rencontrées pendant ton sevrage tabagique ?

Le plus dur a été de trouver du matériel, on était en 2015 ; tout se passait sur internet et tout le matériel provenait de chine. J’ai donc cherché un revendeur avec une boutique physique qui, même lui, avait du mal à avoir les résistances adéquates. J’avais bien essayé de refaire mes résistances mais le résultat n’était pas fameux.
Hormis ces petits soucis, le plus dur a été de supprimer la clope du matin et celle après le diner sans parler de mon entourage de fumeurs lors des apéros.

Comment la vape t’a-t-elle aidé à les surmonter ?

Je suis tombé “amoureux” du matériel, on peut dire que c’est le mot, cette passion m’a fait tenir le cap. J’avais tellement investi dedans que je ne pouvais pas retomber.
Deuxième chose importante, les liquides. Passer d’une poire Williams à une menthe, il n’y a que dans la vape que c’est possible ; jamais avant je ne changeais de marque ou type de clope.
Autre détail qui a son importance, l’odorat qui revient ou qui te fais sentir des trucs où tu n’aurais jamais prêté attention avant, le souffle qui reprend sa place, ne plus être obligé de s’arrêter au 4e étage d’un immeuble de 8 étages; passer de 10 km à 20,30 et 40 km lors de tes sessions ride avec ton spad.

Et aujourd’hui, quel vapoteur es-tu ?

Toujours autant passionné, quelques fois énervé par le discours des autres mais j’essaie de convertir de mon coté, à défaut j’explique en orientant. Je remarque juste que je vois de plus en plus de personnes vaper dans la rue qu’à mes débuts, et ceci est un bon signe.

0 Partages

NOS ARTICLES SIMILAIRES